Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2024 5 23 /02 /février /2024 10:25
" Le chant de l'eau... L'entendez-vous, l'entendez-vous ... Le menu flot sur les cailloux ?... "
" Le chant de l'eau... L'entendez-vous, l'entendez-vous ... Le menu flot sur les cailloux ?... "
" Le chant de l'eau... L'entendez-vous, l'entendez-vous ... Le menu flot sur les cailloux ?... "
" Le chant de l'eau... L'entendez-vous, l'entendez-vous ... Le menu flot sur les cailloux ?... "
" Le chant de l'eau... L'entendez-vous, l'entendez-vous ... Le menu flot sur les cailloux ?... "
" Le chant de l'eau... L'entendez-vous, l'entendez-vous ... Le menu flot sur les cailloux ?... "
" Le chant de l'eau... L'entendez-vous, l'entendez-vous ... Le menu flot sur les cailloux ?... "
" Le chant de l'eau... L'entendez-vous, l'entendez-vous ... Le menu flot sur les cailloux ?... "

" Le chant de l'eau... L'entendez-vous, l'entendez-vous ... Le menu flot sur les cailloux ?... "

 

Nous étions 24 au départ de cette rando de 9.1 km pour 170 m de dénivelé. La météo ayant annoncé la pluie à partir de 16 heures et son intensification vers 18 à 19 heures, le but du jeu était de marcher le plus tôt possible, avec une destination proche.

Nous avons remis nos pas dans un parcours que nous avait proposé notre regretté ami JOJO le 19 janvier 2019 : départ vers Cassagnettes, descente dans le bois de Linars, sentier le long de l'Aveyron, la fontaine du Boudou, le pont des Ballades, la passerelle sous Toizac, (fraichement installée) et la remontée vers Olemps.

Une belle ballade toute proche.

A dimanche pour de nouvelles aventures

 

Partager cet article
Repost0
15 février 2024 4 15 /02 /février /2024 22:24

C'est au parking de la salle des fêtes de Pont les Bains que notre ami Hubert avait donné rendez-vous à 27 randyneurs pour une boucle d'environ 10km

Par une température bien au dessus de la normale pour la saison (au dire des météorologues), nous avons suivi le Créneau qui alimente la pisciculture de Cougousse, où nous avons pu apercevoir de belles truites. 

C'était la partie la plus facile car après avoir traversé le Pont Rouge, qui marque l'entrée dans Marcillac, le plus difficile se présentait à nous. Après une belle côte (de quoi faire un peu de cardio), nous sommes arrivés sur la crête qui surplombe la vallée du Cruou avec une superbe vue sur les villages de St jean le Froid et Le Grand Mas. Nos efforts étaient récompensés au hameau de Malviès.

A ce stade nous en avions fait à peu-prés la moitié et c'est par d'autres beaux chemins que certains d'entre nous ne connaissaient pas, que nous sommes revenus au point de départ de cette rando, par Fontcoussergue et Mernac, tout près de Sainte Austremoine.

A l'unanimité c'était une belle rando.

Merci à Hubert et à Jeudi prochain pour de nouvelles aventures.

IF GS


Un petit moment d'histoire contemporaine 

À la fin du XIXe siècle, la population de Marcillac-Vallon est à son apogée. On compte plus de 2 000 personnes, en partie grâce au développement de l'exploitation du minerai de fer.

" Des mines de Mondalazac-Ferrals, le minerai partait pour Decazeville où il était traité grâce à la houille du bassin d'Aubin-Decazeville. Il était acheminé par voie ferrée. La métallerie aveyronnaise est née à Muret-le-Château en 1804. Le minerai de Muret ou de Ferrals était fondu dans le haut fourneau de Muret jusqu'en 1820.

L'exploitation minière de Cadayrac était acheminée par une petite voie ferrée, par la vallée du Cruou, dans les années 1880-1890. En 1907, on assiste à la création du chemin de fer aérien par wagonnets (Mondalazac vers Marcillac) qui fonctionnera pendant 10 ans, 10 heures par jour en continu. On peut voir devant la mairie de Saint-Christophe la reconstitution d'un wagon ayant servi au transport du minerai. On trouve encore aujourd'hui des vestiges de cette installation par des restes de socles, des pylônes qui restent matérialisés sur le cadastre. En 1920, l'exploitation s'arrête au profit du minerai lorrain plus riche.

On doit au Duc Decazes l'exploitation des houillères de l'Aveyron, mises en concession en 1827.

Deux ouvrages marquent cette époque : le pont rouge de Marcillac, en bon état. Il marque bien l'entrée de Marcillac et est devenu un passage de randonnée. Le viaduc de Malakoff, aujourd'hui totalement disparu, a été vendu en 1940. Il a servi de carrière de pierre pour d'autres ouvrages… " Article de la Dépêche, publié le 22/05/2019

Le Pont Rouge
Le viaduc, dit « le Pont Rouge » est le dernier témoin de l’ère industrielle sidérurgique du XIXe siècle. Il permettait d’alimenter en minerai de fer du gisement voisin de Mondalazac, le premier prototype de haut fourneau construit en France, à Firmi. La ligne de chemin de fer ne fut plus utilisée à partir de 1921. Depuis 1992, le Pont Rouge appartient à la commune de Marcillac qui le fit restaurer.

 

Hameau de Malviès/Baulès

 

Ces petits hameaux sont situés au Sud-est et 200 mètres au-dessus de Marcillac, sur la route de Saint Austremoine, à la limite du territoire de Causse Comtal de la commune de Salles à Source.

Cette situation leur doit d’être appréciés pour leur tranquillité rurale.
Leur passé est riche de vestiges architecturaux On y découvre de beaux exemples de bâtiments en pierre de calcaire dont les toits en lauze de schiste ont su résister à l’usure du temps ; château, manoir, maisons de caractères encore conservées. Mais aussi de nombreux petits patrimoines ; fours à pain, pigeonniers, chapelles…

On peut encore apercevoir la tour de guet rectangulaire, survivance du château de Malviès, bâti au XVème siècle, qui appartenait à François de Tullier, Seigneur de Lax. Son conflit avec les Consuls de Rodez amena la destruction de l’édifice.
Sur cette bordure escarpée, les domaines comtaux et les grandes familles ruthénoises ne s’y étaient pas trompés ; ils y étaient venus cultiver la vigne dès le moyen-âge et en faisaient leurs résidences d’été.

Nombreux sont les habitants qui aujourd’hui, ont à cœur de restaurer ces belles bâtisses avec le soutien associatif de la Fondation du patrimoine et du conseil départemental.

Que la nature est douce au coeur du Vallon de Marcillac !
Que la nature est douce au coeur du Vallon de Marcillac !
Que la nature est douce au coeur du Vallon de Marcillac !
Que la nature est douce au coeur du Vallon de Marcillac !
Que la nature est douce au coeur du Vallon de Marcillac !
Que la nature est douce au coeur du Vallon de Marcillac !
Que la nature est douce au coeur du Vallon de Marcillac !
Que la nature est douce au coeur du Vallon de Marcillac !
Que la nature est douce au coeur du Vallon de Marcillac !
Que la nature est douce au coeur du Vallon de Marcillac !
Que la nature est douce au coeur du Vallon de Marcillac !
Que la nature est douce au coeur du Vallon de Marcillac !
Que la nature est douce au coeur du Vallon de Marcillac !
Que la nature est douce au coeur du Vallon de Marcillac !
Que la nature est douce au coeur du Vallon de Marcillac !
Que la nature est douce au coeur du Vallon de Marcillac !
Que la nature est douce au coeur du Vallon de Marcillac !
Que la nature est douce au coeur du Vallon de Marcillac !
Que la nature est douce au coeur du Vallon de Marcillac !
Que la nature est douce au coeur du Vallon de Marcillac !

Que la nature est douce au coeur du Vallon de Marcillac !

Partager cet article
Repost0
8 février 2024 4 08 /02 /février /2024 21:14

C'est au charmant village d'Agnac situé au dessus de Decazeville qu'Alex et Françoise, l'enfant du pays avaient donné rendez-vous à 24 randyneurs  pour une boucle d'environ 18 km et 640 m de dénivelé.

Un bon café et surtout un très bon cake marbré fait maison par Françoise 😋 et les voilà prêts pour commencer cette rando. Il semble qu'ils étaient bien venus pour cela !!

Pas moins de 6 voire 8 descentes et montées successives étaient prévues au programme, sous un ciel couvert au départ puis avec de belles éclaircies. Après avoir passé plusieurs hameaux (Peyrebrune, Lacombe, La Borie de Pagax, Le Bouissou...) et fait quelques bons km d'efforts, il était l'heure de la pause pique-nique au pied  du pont romain et au son très reposant de l'eau...

Ils ne pouvaient pas rester là éternellement ! Les voilà repartis pour monter puis descendre à nouveau et arriver au moulin de Parayre très bien restauré. Et enfin, après une presque ultime côte, les voilà rendus au pied du Château de Pagax, mis en lumière dans l'émission des ''Racines et des Ailes'' (voir lien ci-dessous).

Devant l'ampleur du chantier, ils ne peuvent qu'adresser à tous ces hommes et ces femmes, qui ont entrepris sa sauvegarde, toute leur admiration et leur souhaiter beaucoup de courage, pour continuer cette belle œuvre. 👍

A nouveau une descente et bien sûr la dernière montée pour rejoindre le point de départ de cette belle rando.

Merci à Françoise et Alex  de leur avoir fait découvrir leur beau Pays.

A bientôt pour de nouvelles aventures.

IF-GS

 

Historique du Château de Pagax     provient du site https://www.chateau-de-pagax.com/

"  Importante forteresse du Moyen-âge, il devient château en 1259, demeure d’un noble fonctionnaire Royal pour fixer l’autorité du Roi de France en cette contrée.

Placé sur ce point dominant, il contrôlait toutes les vallées environnantes ainsi que la très fréquentée voie de Conques à Figeac (Chemin de Compostelle, Via Podiensis, la voie du Puy).

Son nom lui-même en témoigne ; en effet Pagax s’orthographiait autrefois Pagas et aujourd’hui encore on le prononce « Pagasse ». « Pagas » (du latin Pagus, ressort fiscal, paiement, désigne un point de passage)  indique bien ce rôle de contrôle, de passage obligé et payant.

Au moyen-âge, il faisait partie du patrimoine de la famille de Montarnal...

C'était une famille noble et puissante avec titre de baronnie qui apparaît dès l'an 1096 dans une charte de l'abbaye de Conques où est mentionné Gauzfred de Montarnal, participant à la première croisade entreprise sous le règne de Philippe Ier.

Cette famille a donné des combattants aux croisades et des bienfaiteurs à l'église.  Possédant de nombreux biens, le château de Pagax faisait partie de leur patrimoine.

Au XVème siècle, Hugues de Montarnal, chef de la maison, avait marié sa fille Nine à Guillaume de Moret...

Après sa mort, son hérédité fut recueillie par Jean de Moret, son petit fils.

Le château de "Pagas" passe donc dans la famille de Moret, qui au fil des siècle prend une importance considérable en Rouergue et en Gévaudan.

Il est fait mention de cette famille dès l'an 962 puis 990 dans diverses chartes de l'abbaye de Conques...

Cette famille était connue par ses vastes possessions, par ses services et emplois militaires, par ses alliances distinguées qui lui donnaient des parentés avec les premières maisons du royaume

Ils firent résidence le château de Pagax jusqu'en 1773.

Le château de Pagax fut donc vendu en 1773 au sieur Brunet ou Le Brunet de Paillez, qui était un grand acquéreur de biens nobles. Jacques Le Brunet , originaire de Conques, avait fait fortune à Paris en épousant une riche héritière décédée prématurément. 

Il avait acheté peu avant , le château de Privezac où il eût quelques soucis avec les paysans locaux peu avant la Révolution, lorsque la fronde montait dans les campagnes . Alors, quelques années plus tard, pour éviter le même scénario à "Pagas", il brûla lui-même ses titres féodaux, décapita les tours et fît descendre la girouette du château, emblème suprême de la féodalité. 

Après cette période, on ne sait plus grand chose sur les habitants du château jusqu'au début du 20ème siècle, date à laquelle il était la propriété de la famille Solanet.  Il passa ensuite dans la famille Campargue vers 1925 à la suite d'une vente aux enchères.

Depuis Juin 2005, nous sommes, mon épouse et moi-même, propriétaire du château de Pagax suite à un "coup de foudre" pour celui-ci, cette région et leurs habitants. C'est la réalisation d'un rêve et d'un "projet de vie" que d'ambitionner la restauration de ce château. Ce n'est que le début d'une aventure...  "

Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...
Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...

Elle court comme l'eau vive Elle court comme un ruisseau Que les enfants poursuivent...

Partager cet article
Repost0
1 février 2024 4 01 /02 /février /2024 20:22

Nous étions 32 sur la place du village de Gillorgues pour une boucle de 14 km conduite par Henri et Marie Andrée. Après avoir traversé le village et emprunté le GR 620 qui relie St Côme  d'Olt à Inières, nous sommes arrivés à une croix, point culminant de la rando (609 m) où nous aurions dû profiter de la vue sur l'Aubrac et les Monts du Cantal, hélas le ciel était trop gris, peut-être pour une prochaine fois.

Nous avons continués sur GR620 sur quelques kms avant de rejoindre Banc, Le Larquet par la voie verte ancienne voie ferrée de Bertholène à Espalion. Retour par un beau chemin pour retrouver le GR qui nous a permis de revenir à nos voitures. Il était temps car la clarté du jour diminuait sérieusement.

Merci à Henri et Marie Andrée pour cette belle rando et à Jeudi prochain.

A Bientôt 

IF-GS

 

Village érigé sur une ancienne voie romaine,

Gillorgues proviendrait du latin Julius Amicus (la terre de Julius) : une voie romaine qui reliait Majorac à Rodez, le village s'inscrit dans un écrin de verdure. Il comprend une mosaïque de lieu-dit ou de quartiers : Le Battut (ou l'on battait le blé); le Tioulas (sur les hauteurs du village ou l'on extrait les lauzes); Le Fumadis (quartier divin) ou encore Le Monteil (petite colline)

En 1747, la paroisse de Gillorgues comptait 600 habitants. Il y avait 60 foyers et la paroisse possédait 40 paires de bœufs. Il y avait aussi une communauté de prêtres qui possédait pré, chevrière et un canal à La Barthe, les curés successifs veillaient sur les noyers dont ils tiraient un revenu pour la paroisse.

Au XXe siècle il y avait deux épicerie, un cordonnier, 4 voire 5 cafés. Le couvent (ancienne école de jeunes filles) a été occupé jusqu'en 1955 par des religieuses. La fontaine, le lavoir et ses accès furent réhabilités par un habitant du village qui y consacra de longues années de travail. Cet emplacement accueille à présent un repas annuel des habitant. Plus loin, on distingue une autre fontaine creusée à même la roche, au lieu-dit de Majorac : un grand corps de ferme construit sur les ruines d'une villa romaine dont certains vestiges sont encore visibles.

La vie associative de ce village est active. Le foyer rural qui a été crée, il y a une quarantaine d'année organise des ateliers d'animations, les déjeuners aux tripoux, le ball-trap, le repas de la fontaine en juin et les Folie Gillorguaises du 14 août qui attire toujours un nombreux public.

Rando à Gillorgues 01-02-24
Rando à Gillorgues 01-02-24
Rando à Gillorgues 01-02-24
Rando à Gillorgues 01-02-24
Rando à Gillorgues 01-02-24
Rando à Gillorgues 01-02-24
Rando à Gillorgues 01-02-24
Rando à Gillorgues 01-02-24
Partager cet article
Repost0
29 janvier 2024 1 29 /01 /janvier /2024 21:38

En ce Dimanche 28 Janvier, c’est 23 randyneurs qui se sont rendus dans le département voisin du Lot par un temps qui n’avait d’hivernal que le nom.
C’est de Promilhanes, village situé dans « le triangle noir du Quercy » (rien à voir avec la truffe, célèbre dans cette région, mais plutôt par le fait que cette zone est relativement épargnée de la pollution nocturne), que nous sommes partis. Après avoir contourné l’imposant calvaire et avoir demandé l’indulgence divine pour nos fautes si tant est que nous en ayons commises, nous avons emprunté un chemin riche du patrimoine local : maison rucher, pigeonnier, dolmens, lavoirs papillons.
Arrivés à Limogne en Quercy, nous n’avons pas pu résister à parcourir le marché dominical avec ses effluves et saveurs. Un sentier botanique nous amène vers le chemin des cabanes où de nombreuses gariottes (cazelles chez nous) viennent d’être restaurées. A la croisée du Gr 65 (chemin de St Jacques), un curieux
abri de pèlerins
attire notre attention, tel une barque renversée, il est recouvert de 8000 coquilles saint jacques, c’est une véritable œuvre d’art récemment installée. La pose pique-nique s’est faite sur les bords du Gr où de magnifiques murs de pierres sèches restaurés par l’association « 1000 mains à la pâte » permettent de s’asseoir.
Après la pause repas un petit détour nous a conduit à la curieuse fontaine de Malecargue. Notre itinéraire se poursuit ensuite dans des chemins boisés et de petites routes menant à des hameaux qui dans le Quercy prennent le nom de « mas ». Quelques kilomètres plus loin nous arrivons au moulin à vent de Bosse, sa
restauration s’est étalée sur une dizaine d’année, et a permis de sauver ce bâtiment presque bicentenaire. L’intérêt particulier de ce moulin est qu’il témoigne de l’évolution technique du 20 ième siècle ; en effet, il a fonctionné avec la force éolienne jusqu’en 1932, celle-ci a été remplacée par la vapeur et ensuite avec un
moteur à gaz pauvre
, pour s’arrêter en 1948. Notre retour à Promilhanes s’est fait en compagnie de chasseurs de sangliers qui fort heureusement avaient terminé leur journée.
Ce fût donc une belle rando de 21 km, sans dénivelé, qui nous a permis de découvrir le riche patrimoine lotois. Nous avons été aidés par un temps et une température idéale pour un mois de Janvier.

Y.F.

Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...
Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...
Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...
Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...
Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...
Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...
Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...
Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...
Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...
Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...
Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...
Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...
Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...
Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...
Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...
Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...
Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...
Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...
Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...
Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...
Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...
Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...
Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...
Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...

Juste la pierre calcaire, l'eau si précieuse et le vent...

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2024 4 25 /01 /janvier /2024 19:05

Au lever du jour et durant toute la matinée, ce jeudi, un épais brouillard enveloppait le Monastère. Pas très encourageant pour la rando de l'après- midi. Heureusement en fin de matinée, Dame Météo, d'un coup de baguette magique a fendu le ciel pour faire place à un beau ciel bleu et une T° très printanière.

Il en fallait pas plus pour que 37 randyneurs se retrouvent au bord du lac de Baraqueville, point de départ de la rando du'' Chemin-des Lacs''.

Après avoir longé le lac du Val de Lenne , nous avons traversé le centre ville par la place François Mitterrand et rejoint un chemin, qui nous a conduit au du plan d'eau de Carcenac. Une remontée, puis la traversée de l'ex RN 88  et nous avons rejoins Vors, en passant à proximité de sa Fontaine Romaine qui alimentait Rodez (Segodonum), il y a deux mille ans. Hélas elle se trouve sur terrain privé, dommage !

Nous sommes retournés par l'autre berge du lac où, cachés dans une méandre du lac, des canards sauvages nous ont regardés passer...

Rando d'environ 10km probablement déjà faite par bon nombre d'entre nous. Mais on a beau les connaître, à chaque fois c'est différent et c'est ce qui fait le charme de cette activité, que nous aimons tant !

A bientôt pour d'autres aventures.

IF-GS

Et maintenant, un peu d'histoire

" La destinée de Baraqueville se révèle particulièrement intéressante car son aventure ressemble, par certains aspects, à celle des villes-champignons du far-west américain : l’histoire des « baraquiers » autorise, en effet, une comparaison avec celle des pionniers de l’ouest.

Le décor de cette contrée à l’époque de Louis XV se résume à une dorsale inoccupée, à un peuplement concentré dans les vallées et à des moyens de communication lents. L’ancienne voie romaine (relais au Lac, à la Mothe et au Pont de Tanus) et le Camin Roudanès (par le pont de Cirou) assuraient les échanges entre Rodez et Albigeois.

XVIIIème siècle : édification du réseau routier

Vers 1740, l’intendant de Montauban (Lescalopier), établit les plans d’un vaste réseau routier qui devait lui permettre de contrôler le Rouergue et le Quercy depuis le chef-lieu de la généralité. Il décida, en 1743, que la route n°3 (Villefranche-de-Rouergue, Millau) emprunterait la dorsale du Ségala. Dans le même temps, il détermina le tracé de la voie n°5 (Toulouse, Lyon) par Carcenac et arrêta un itinéraire commun entre la Baraque de Fraysse et l’Étoile de la Primaube...

Naissance de La Baraque de Fraysse

Au XVIIIe siècle, les charrois s’effectuaient au moyen de chars à bœufs, pour le trafic local, et de voitures à chevaux pour les échanges régionaux. Ces derniers concernaient aussi bien les voyageurs que les marchandises (notamment le courrier postal). Sur ces nouvelles routes, il s’avéra nécessaire d’implanter des relais-auberges. Ces établissements possédaient une étable à chevaux pour les changements de monture et quelques chambres pour les voyageurs qui entreprenaient de longs périples. Les premières « baraques » se manifestèrent au cours des dernières années de l’Ancien Régime sur la voie Toulouse-Lyon. Apparurent les baraques Saint-Jean, de Vors, de Fraysse… prenant le nom de leur fondateur (Fraysse en 1810) ou du lieu habité le plus proche.

La Baraque de Fraysse connut une expansion très lente. Elle comptait 15 habitants en 1866. Son développement resta étroitement lié à la vie économique du Ségala. En 1891, elle groupait 12 maisons et 78 habitants. On notait déjà la présence d’un embryon commercial et artisanal auquel on joignit, 1892, une poste avec télégraphe. L’importance de la Baraque de Fraysse s’accrut avec l’arrivée du chemin de fer (1902) qui provoqua la première révolution agricole du Ségala. La proximité de la gare de Carcenac offrit la possibilité d’augmenter les échanges. Aussi en 1906, la foire devenait mensuelle et quelques artisans s’installèrent tout au long de la route préfigurant la longue rue actuelle.

De la Baraque de Fraysse à Baraqueville

Face à cette croissance un peu anarchique et soudaine, la baraque de Fraysse dut choisir une nouvelle identité à la demande de l’administration des Postes. Le maire de Vors proposa une appellation très simple : Baraqueville.

La période entre 1920 et 1931 correspond à l’expansion de la culture de la pomme de terre. En 1929, lors du maximum de la production, la gare de Carcenac expédiait 30 à 40 wagons par jour. La crise de 1931/1935 stoppa cet élan malgré la construction d’un silo à céréales en 1938. Le développement de Baraqueville ne connut une nouvelle impulsion qu’à partir des années 1960. Le bourg se dota d’un collège d’enseignement général vers 1965, d’une gamme variée de commerçants et d’artisans. Puis s’ajoutèrent le bureau permanent du Crédit Agricole et la Brigade de gendarmerie. Partagée entre deux communes, Baraqueville ne pouvait supporter plus longtemps cette situation néfaste à la poursuite de son expansion. La fusion de Vors et de Carcenac-Peyralès permit la création de la commune de Baraqueville le 1er janvier 1973.

En construisant ces relais-auberges, le baraquier Fraysse ne pensait sûrement pas que ce simple lieu de passage deviendrait, 150 ans plus tard, un important centre de peuplement. "

Cet article provient du site de la mairie de Baraqueville. Il est extrait d’un livre de Daniel Crozes « Sur les Chemins du Ségala ».

Un avant goût du printemps...
Un avant goût du printemps...
Un avant goût du printemps...
Un avant goût du printemps...
Un avant goût du printemps...
Un avant goût du printemps...
Un avant goût du printemps...
Un avant goût du printemps...
Un avant goût du printemps...
Un avant goût du printemps...
Un avant goût du printemps...
Un avant goût du printemps...
Un avant goût du printemps...
Un avant goût du printemps...
Un avant goût du printemps...
Un avant goût du printemps...
Un avant goût du printemps...

Un avant goût du printemps...

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2024 5 12 /01 /janvier /2024 09:41

C’est l’hiver qui frappe à notre porte, les amis randyneurs allumons un bon feu. Beaucoup l’ont fait, mais pas tous car nous étions 9  à vouloir braver la neige et le froid au départ de cette rando de la salle polyvalente.

Rando d’environ 10 km passant par le parc de la Briane face à la mairie du Monastère, le relais de Banocres par le chemin des motos (Chemin ouvert par le club de moto il y a quelques années) où une très belle vue de Rodez couvert de son manteau blanc s’offrait à nous.

Par le GR 62 nous avons rejoint Istournet et son petit lac, puis Combelles, Randeynes, puis descente jusqu’à la route de Flavin puis la traversée de la Brianette et nous voilà arrivés au point de départ.

Cette rando avait déjà été faite sous la pluie, il n’y pas très longtemps. Mais c’est bien connu, selon les saisons les paysages sont différents et ça ce n’est pas rien !! 😉

A jeudi prochain pour d’autres aventures.

IF-SG

Let is snow !
Let is snow !
Let is snow !
Let is snow !
Let is snow !
Let is snow !
Let is snow !
Let is snow !
Let is snow !
Let is snow !

Let is snow !

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2024 5 05 /01 /janvier /2024 10:49

Au seuil de cette nouvelle année Randy vous souhaite ''une bonne et heureuse année'' à vous tous, les randynneurs, les visiteurs qui nous suivent.

Merci

 

Rando à Bessuèjouls 04-01-2024

En ce 1er Jeudi de l'année c'était la rentrée des classes pour nos 21 randyneurs et c'est au parking de la mairie de Bessuéjouls qu'ils avaient rendez-vous pour une boucle d'environ 9km. Parking gardé par la sculpture d'un pèlerin en fer

Au départ nous avons emprunter le GR 65 '' Chemin de Saint Jacque de Compostelle ou Via Podiensis'' c'est par une rude montée que nous avons atteint le le Causse de Briffoul, où malgré un ciel nuageux nous avons eu droit à une belle vue sur la vallée du lot et sur l'Aubrac.

De beaux chemin nous amener jusqu'à Beauregard et son château ainsi qu' à l'église du Trèdou [la glèisa de Tredor]

 L'église est attestée dès 1087 (don au monastère de Montsalvy par Pons d'Etienne évêque de Rodez). Le bâtiment du XVe siècle (partie occidentale de l'église) a été restauré et remaniée au début du XXe et en 2009 (traversées orientales de la nef et du cœur).

Un plaque y commémore la mémoire du ère Auguste Arribat (1879-1963). Natif de Trédou, il a reçu le titre << Juste parmi les Nations>> pour avoir caché des enfants juifs pendant la seconde Guerre mondiale.

Ce serviteur de Dieu et des hommes, a fait l'objet d'une Pasitio ( procédure préalable a la canonisation) pour sa vie héroïque et vertueuse.

Plus anecdotique, avec le film de Coline Serraul de 2004'' Saint Jacques ... la Mecque'', c'est dans le cimetière de Trèdou, que le jeune Ramzi, dyslexique et illettré, persuadé qu'il se rend vers la capital de la foi musulman, découvre qu'il sait lire.

Le temps passe vite et nous voilà sur le chemin du retour en passant par le hameau de Requista pour remonter sur le causse et rependre à nouveau le GR 65. Cette fois nous sommes passés par une partie du GR qui vient d'être aménagé.

L'année est bien lancée, c'est une belle rando.

Merci à nos 2 guides Yves et Mathilde.

SG

 

Rando à Bessuèjouls 04-01-2024
Rando à Bessuèjouls 04-01-2024
Rando à Bessuèjouls 04-01-2024
Rando à Bessuèjouls 04-01-2024
Rando à Bessuèjouls 04-01-2024
Rando à Bessuèjouls 04-01-2024
Rando à Bessuèjouls 04-01-2024
Rando à Bessuèjouls 04-01-2024
Partager cet article
Repost0
29 décembre 2023 5 29 /12 /décembre /2023 09:39

En cette période de fin d'année, les villes, les villages, les rues, les maisons revêtent leurs habits de lumière ; c'est féerique, éblouissant. C'est la magie de Noël !!

Ce Jeudi 28 décembre c'était la dernière rando ou plutôt la dernière balade de l'année 2023. Nous avons fait le choix d'aller déambuler dans les rues de la cité épiscopale d'Albi, merveilleusement illuminée.

 

Située en bordure du Tarn, la vieille ville d'Albi, reflète l'épanouissement d'un ensemble architectural et urbain médiéval dont témoignent aujourd'hui encore Le Pont-Vieux, le bourg de Saint-Salvi et son église (10e-11e siècle).

Au 13e siècle, la ville devint une puissante cité épiscopale au lendemain de la croisade contre les Albigeois. D'un style gothique méridional original à base de briques aux tons rouge et orangé fabriquées localement, la cathédrale fortifiée qui domine la ville (XIIIe siècle) illustre la puissance retrouvée du clergé romain. Elle est complétée par le vaste palais épiscopal de la Berbie qui surplombe la rivière et est cernée par des quartiers d'habitations datant du Moyen Age.

La cité épiscopale d'Albi forme un ensemble de monuments et de quartiers cohérent et homogène qui n'a pas subi de changements majeurs au fil des siècles.

Elle est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2010.

 

Tous ces beaux monuments et bien d'autres nous ont permis d'attendre que la nuit enveloppe la ville pour laisser place aux illuminations des rues, de la place du Vigan et de ses chalets du marché de Noël. Il y flottait une odeur de cannelle, d'agrumes, de clous de girofles, de badianes, enfin tous les ingrédients nécessaires à la fabrication d'un bon vin chaud.

 

Puis l’heure de retourner au pied de la Cathédrale Sainte-Cécile a sonné, pour assister à une magnifique projection son et lumière, avec cette année le train à vapeur comme fil conducteur. Le mapping est constitué de différents tableaux, qui évoluent progressivement vers un univers fantastique, mêlant le passé de la cathédrale, des images de cinéma, des scènes de l’enfance et des détails architecturaux et picturaux de la cathédrale, pour aboutir dans un final spectaculaire.

 

Le charme opère et c’est avec ces images plein la tête, que nous retournons à nos voitures. Didier a ouvert sa roulotte, a fait chauffer ce breuvage tant apprécié durant cette période, accompagné de nombreuses douceurs salées ou sucrées confectionnées par chacun de nous.

 

Un grand merci à nos 2 guides d'un soir Christine et Nadine une Monastérienne expatriée de longue date dans l’Albigeois, pour cette balade autant sensorielle, que culturelle.

Merci aussi à Francis et Didier nos barmen et à vous tous, les Randyneurs, Rois Mages d'un soir chargés de succulents entremets et desserts !

 

Pas de doute ce fut une très belle balade.

A jeudi prochain !

G.S. et I.F.

Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi
Magie de Noël à Albi

Magie de Noël à Albi

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2023 5 22 /12 /décembre /2023 13:34
RANDO du 21 décembre 2023
RANDO du 21 décembre 2023

Nous étions 8 courageux par ce temps couvert et pluvieux à prendre le départ à Istournet,à coté du stade, d'une rando de 9 km et moins de 100m de dénivelé. 

Il faisait un temps de saison à quelques heures du solstice d'hiver qui a eu lieu ce vendredi 22 décembre à 4 heures 27 heure de Paris.

A partir d'aujourd'hui donc les jours vont se mettre à rallonger jusqu'au 21 juin (mais juste "d'un pè dé gal" d'ici à Noel )

En attendant la remontée des températures le rédacteur de ce petit compte rendu vous souhaite à toutes et à tous de joyeuses fêtes et une bonne année 2024

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Rando Club Monas
  • : LE club de Rando Pedestre du Monastere sous Rodez (Aveyron)
  • Contact

RCM Le club de Randy

LOGO3

Recherche

Contacts Bureau

- 06.07.15.45.30

- 06.74.99.07.95

- 06.10.44.29.02

- 06.70.93.21.47 

 

randoclubmonas@gmail.com 

CALENDRIER RCM

Informations mises à jour régulièrement :

 

RANDOS DU DIMANCHE

10-09-23: Navacelles (YF et MO)

08-10-23 : Marcolès (Petite cité de caractère (IF-GP-GS)

05-11-23 : Château de Beaucaire (MT) (Annulée)

03-12-23 : Lincou (MR)

28-01-24 : Entre gariottes et fontaines dans le Lot (MO et YF)

25-02-24 : Uxellodunum (DG) (Annulée)

24-03-24 : Combret (IF, CL et GP)

21-04-24 : Cassagnes (Vallée de la Jonte, le Cirque du Vertige) (MAD et HD)

26-05-24 : Montaigut (MO et YF)

30-06-24 : Montricoux (MO et YF)

 

RANDOS DU JEUDI

Tous les jeudi après-midi (sauf 2éme Jeudi)- 13h30. Deuxième jeudi du mois à la journée 

2023                          

 21-09-23 : Annulée

 12-10-23 : La Découverte de Decazeville avec le Club d'Aurillac (DG)

 09-11-23 : Grand-Vabre (DO) Annulée

 14-12-23 : Vimenet (MAD et HD) 

2024

 11-01-24 : Laissac (MAD et HD) Annulée

 08-02-24 : Les 4 vallées autour d’Agnac (FA et AA)

 14- 03-24 : Rando gourmande (Cassuéjouls ou La Capelle Florentin) (GS)

 11-04-24 : Compeyre (MO et YF)

  02-05-24 : Trélans (MT)

  13-06-24 : Montsalvy /Pons (GS)

 

RANDO RAQUETTE : date et organisation à déterminer en fonction de la météo

Galette d'anniversaire de Randy : 9 Février 2024

RANDO WEEK-END PENTECÔTE :

Les Angles dans les Pyrénées du samedi 18 mai au mercredi 22 mai 2024

RANDO FIN DE SAISON : jeudi 20 juin, rando et soirée sur le site de La Mouline, à Prévinquières

RANDOS SÉJOUR D'AUTOMNE : dans le Cantal, Gîte de La Boudio, à Lavigerie, du vendredi 13 septembre au dimanche 15 septembre 2024